Vivendi fait son entrée chez l’italien Mediaset

Le groupe de Vincent Bolloré et celui de Silvio Berlusconi ont échangé chacun 3,5 % de leur capital respectif.

Vincent Bolloré et Silvio Berlusconi ont signé un partenariat d’ampleur. Vendredi 8 avril, Vivendi, dont l’homme d’affaires breton est le président du conseil de surveillance, a annoncé son entrée à hauteur de 3,5 % au capital de Mediaset, le groupe de médias qui compte comme principal actionnaire Silvio Berlusconi via sa holding financière Fininvest.
En échange, Mediaset, géant de la télévision italienne, acquiert également, à l’occasion de cet échange de titres, 3,5 % du capital de Vivendi.

Ce partenariat fait partie de la stratégie de Vincent Bolloré qui rêve de devenir un géant des médias en Europe alors que le centre névralgique de Vivendi, Canal+ perd des abonnés. Les deux groupes ont prévu de faire cause commune dans la production et la distribution de contenus en Europe. En outre, le Français et l’Italien œuvreront à la création « d’une plateforme mondiale de télévision sur Internet », dit un communiqué. Disposant déjà chacun de services de vidéos à la demande, ils comptent donc lancer leur propre « Netflix ».

Différence de valorisation

Vivendi et Mediaset ne pèsent pourtant pas le même poids en Bourse. Vivendi vaut 25 milliards d’euros en Bourse, ce qui valorise la participation de Mediaset à 875 millions d’euros. En face, celle de Vivendi dans Mediaset n’est estimée qu’à 142 millions d’euros. La différence de valorisation entre les deux participations, de l’ordre de 700 millions d’euros, permet à Vincent Bolloré de mettre également la main sur 89 % de Mediaset Premium, l’entité de télévision payante de Mediaset.

Mais Vivendi aura le contrôle total de Mediaset Premium, Telefonica vendant aussi ses 11% du capital. Au finale, le prix du bouquet de télévision payante atteint environ 800 millions d’euros. Pier Silvio Berlusconi, l’un des fils de l’ancien président du conseil italien, pourrait aussi faire son entrée au conseil d’administration de Vivendi, alors qu’un administrateur de Vivendi siégera aussi chez Mediaset.

Source : Vivendi fait son entrée chez l’italien Mediaset

Canal + va casser sa tirelire pour distribuer beIN Sports | Le Parisien

Les dirigeants qataris de beIN Sports vont peut-être enfin rentrer dans leurs frais grâce à un mariage avec la concurrence. Selon BFM Business, le groupe Canal + serait prêt à mettre 300 millions sur 5 ans afin de distribuer en exclusivité la chaîne dédiée aux sports.

 

Reste à savoir si l’accord se concrétisera avant l’Euro de football en juin pour lequel la chaîne lancée en 2012 a l’exclusivité sur tous les matchs.
Toujours selon BFM, «il est prévu que les fans de sport pourront toujours s’abonner en solo à beIN Sports, pour le même prix de 14 euros par mois» même via un fournisseur d’accès internet (FAI).

Continuer la lecture de « Canal + va casser sa tirelire pour distribuer beIN Sports | Le Parisien »

Production audiovisuelle : les chiffres clés d’un secteur en pleine révolution

par Renaud Revel

« Le rachat de Newen par le groupe TF1 et les réactions suscitées autour de cette opération sont un révélateur des nombreuses questions qui se posent au secteur français de la production audiovisuelle, notamment celles de l’équilibre entre productions dépendante et indépendante, de l’intégration verticale ou de la détention des droits.

header1920_6

Cette opération est à réinscrire en premier lieu dans un mouvement européen de concentration et d’industrialisation du secteur de l’audiovisuel dans son ensemble. Les fusions des groupes Shine, Endemol et Core Media, des groupes de production Banijay et Zodiak, la prise de participation de Vivendi dans le capital de ce même groupe, le rachat du groupe de production espagnol Boomerang TV par Lagardère Studios, ou encore l’entrée du groupe Altice dans les médias sont autant d’exemples de fusions, d’acquisitions, de diversifications qui s’inscrivent dans un environnement aujourd’hui fortement concurrentiel, ouvert à de nouveaux acteurs mondiaux puissants auxquels les entreprises médiatiques doivent faire face. Ces évolutions sont le marqueur de la nécessaire adaptation des entreprises de l’audiovisuel dans ce nouvel écosystème ».
Telle est l’introduction d’une vaste étude réalisée par le CSA sur les évolutions d’une industrie en pleine consolidation et mutations. En voici les chiffres clés. Continuer la lecture de « Production audiovisuelle : les chiffres clés d’un secteur en pleine révolution »

La future chaîne d’info publique cherche sa place sur la TNT

France Télévisions étudie une nouvelle piste « technique » pour faire diffuser sa chaîne d’info sur le réseau hertzien, en profitant du passage à la TNT « haute définition ».

Parmi les nombreux défis que devra surmonter la future chaîne d’information publique, l’obtention d’un canal TNT pour la diffuser n’est pas le moindre. La présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, a reconnu en janvier qu’elle souhaitait, pour ce projet-phare, une diffusion hertzienne classique, comme pour les autres chaînes de l’entreprise. Mais elle est restée prudente sur le moyen d’y parvenir. En plus des options déjà connues, toutes difficiles à mettre en œuvre, une autre hypothèse, technique, est étudiée en interne, a appris Le Monde : il s’agit d’utiliser les espaces vacants sur les émetteurs hertziens pour tenter d’y placer la chaîne, grâce au passage à la TNT « haute définition », prévu en avril. Continuer la lecture de « La future chaîne d’info publique cherche sa place sur la TNT »

La réforme de la production télévisée

Par Alexandre Piquard

 

Une chose est sûre : les relations entre producteurs et chaînes de télévision vont connaître des changements dans les mois à venir. Ce qui l’est moins, en revanche, c’est la voie qui sera empruntée et le contenu des futures règles qui régiront une activité très encadrée. Le domaine est sensible : les amendements à la « loi création » déposés jeudi 21 janvier par le sénateur des Républicains Jean-Pierre Leleux ont déclenché une polémique lors du festival international de programmes audiovisuels (Fipa) de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) qui s’est clos dimanche.

Sur le fond, tout le monde s’accorde à dire que le secteur audiovisuel français est perfectible. Ses règles, façonnées au début des années 2000 avec les « décrets Tasca », visent à favoriser la créativité et contrebalancer le poids de diffuseurs surpuissants, comme TF1 ou France Télévisions. Elles imposent donc que les chaînes fassent produire la grande majorité de leurs téléfilms et documentaires par des sociétés externes « indépendantes », détentrices d’une grande partie des droits. Continuer la lecture de « La réforme de la production télévisée »

Arte élargit son public en 2015 | Le Monde

Par Antoine Flandrin

La politique de la présidente d’Arte France, Véronique Cayla, qui s’applique depuis plusieurs années à rendre la chaîne plus accueillante, récolte de bonnes audiences.

La présidente d’ Arte France, Véronique Cayla

 

Arte a séduit un public plus large en 2015. Après une année de stagnation de ses audiences, la chaîne culturelle a en effet enregistré une croissance de 10 %, passant de 2 % de part d’audience à 2,2 % en moyenne depuis novembre 2014. « 80 % de nos programmes sont européens, 85 % de notre programmation cinéma est faite de films art et essai, aucune de nos séries n’est américaine, précise la présidente d’Arte France, Véronique Cayla. Avec ces trois indicateurs, nous marquons notre différence. »
En 2011, Véronique Cayla entreprenait de dépoussiérer la grille des programmes de la chaîne culturelle.

Continuer la lecture de « Arte élargit son public en 2015 | Le Monde »