La future chaîne d’info publique cherche sa place sur la TNT

France Télévisions étudie une nouvelle piste « technique » pour faire diffuser sa chaîne d’info sur le réseau hertzien, en profitant du passage à la TNT « haute définition ».

Parmi les nombreux défis que devra surmonter la future chaîne d’information publique, l’obtention d’un canal TNT pour la diffuser n’est pas le moindre. La présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, a reconnu en janvier qu’elle souhaitait, pour ce projet-phare, une diffusion hertzienne classique, comme pour les autres chaînes de l’entreprise. Mais elle est restée prudente sur le moyen d’y parvenir. En plus des options déjà connues, toutes difficiles à mettre en œuvre, une autre hypothèse, technique, est étudiée en interne, a appris Le Monde : il s’agit d’utiliser les espaces vacants sur les émetteurs hertziens pour tenter d’y placer la chaîne, grâce au passage à la TNT « haute définition », prévu en avril. Continuer la lecture de « La future chaîne d’info publique cherche sa place sur la TNT »

La réforme de la production télévisée

Par Alexandre Piquard

 

Une chose est sûre : les relations entre producteurs et chaînes de télévision vont connaître des changements dans les mois à venir. Ce qui l’est moins, en revanche, c’est la voie qui sera empruntée et le contenu des futures règles qui régiront une activité très encadrée. Le domaine est sensible : les amendements à la « loi création » déposés jeudi 21 janvier par le sénateur des Républicains Jean-Pierre Leleux ont déclenché une polémique lors du festival international de programmes audiovisuels (Fipa) de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) qui s’est clos dimanche.

Sur le fond, tout le monde s’accorde à dire que le secteur audiovisuel français est perfectible. Ses règles, façonnées au début des années 2000 avec les « décrets Tasca », visent à favoriser la créativité et contrebalancer le poids de diffuseurs surpuissants, comme TF1 ou France Télévisions. Elles imposent donc que les chaînes fassent produire la grande majorité de leurs téléfilms et documentaires par des sociétés externes « indépendantes », détentrices d’une grande partie des droits. Continuer la lecture de « La réforme de la production télévisée »

Arte élargit son public en 2015 | Le Monde

Par Antoine Flandrin

La politique de la présidente d’Arte France, Véronique Cayla, qui s’applique depuis plusieurs années à rendre la chaîne plus accueillante, récolte de bonnes audiences.

La présidente d’ Arte France, Véronique Cayla

 

Arte a séduit un public plus large en 2015. Après une année de stagnation de ses audiences, la chaîne culturelle a en effet enregistré une croissance de 10 %, passant de 2 % de part d’audience à 2,2 % en moyenne depuis novembre 2014. « 80 % de nos programmes sont européens, 85 % de notre programmation cinéma est faite de films art et essai, aucune de nos séries n’est américaine, précise la présidente d’Arte France, Véronique Cayla. Avec ces trois indicateurs, nous marquons notre différence. »
En 2011, Véronique Cayla entreprenait de dépoussiérer la grille des programmes de la chaîne culturelle.

Continuer la lecture de « Arte élargit son public en 2015 | Le Monde »

CES 2016 : la vraie nouveauté n’était pas exposée

Dans la progression rapide de l’Internet de tout, qui cimente l’invraisemblable orgie technologique exposée au CES cette semaine à Las Vegas, ce qui frappe c’est la montée en puissance — en toile de fond invisible – de l’intelligence artificielle, à la demande, agrégée, partagée en temps réel, qui est en train de tout changer.

Tout changer dans l’automobile, la médecine, le sport, l’éducation, la finance, la pub, Hollywood, les villes, grâce à des systèmes qui comprennent, calculent, raisonnent, apprennent, prédisent, partagent et… décident. Sans avoir été programmés pour cela.

La voiture autonome n’a pas besoin d’avoir été déjà confrontée au surgissement d’un chevreuil sur la route pour prendre sa décision dans la milliseconde. Elle agit grâce à l’expérience partagée de milliers d’autres véhicules. Idem pour l’airbag du skieur qui s’adapte dans l’instant au type de chute, pour le diagnostic médical ou le geste du robot qui opère.

Cette nouvelle forme d’intelligence agrégée fonctionne grâce à la combinaison de l’Internet de milliards d’objets connectés de notre environnement, de millions d’individus en mobilité, équipés de plus en plus de capteurs bon marché, produisant toujours plus de données dans le cloud.

« Le numérique n’est pas un point d’arrivée ou une simple destination, mais une fondation », a résumé à Las Vegas la pdg d’IBM, Ginni Rometty. Continuer la lecture de « CES 2016 : la vraie nouveauté n’était pas exposée »